A partir du 15 avril 2024, le cabinet Psynose est transféré au 14 avenue Albert Camus à Dijon (Quartier Toison d’or)

Quelle différence entre « hypnothérapeute » et « hypnotiseur » ? Une différenciation fondamentale qu’il convient sans cesse de rappeler

Quelles sont les particularités du métier d’hypnothérapeute ? Il est fréquent de voir les hypnothérapeutes se faire également appeler “professionnels de l’hypnose”. Cela traduit le cadre thérapeutique ou médical dans lequel s’inscrit cette profession.

L’hypnothérapeute, comme son nom l’indique, est celui qui va délivrer une cure, un soin. Il est nécessaire d’avoir suivi une formation spécialisée pour pratiquer correctement l’hypnothérapie même si légalement aucun diplôme n’est demandé pour travailler comme hypnothérapeute.

L’hypnothérapie est une pratique très efficace dans le processus de guérison et utile pour résoudre de nombreux problèmes. Cette forme de thérapie permet en effet réduire l’anxiété et le stress, augmenter la confiance et l’estime de soi, supprimer les addictions, corriger des troubles alimentaires, notamment le surpoids, traiter les troubles émotionnels comme la dépression ou les traumatismes, réduire ou supprimer les peurs et les phobies, soulager les douleurs (analgésie), et traiter de nombreuses autres problématiques. L’hypnose (dite « médicale ») est ainsi utilisée pour remplacer les anesthésiants quand ils ne peuvent être utiliser lors d’une opération chirurgicale.

Rappelons que l’hypnose, même dans son contexte thérapeutique peut être utilisée seule et ou être complétée par un traitement médical, pour les pathologies qui le nécessitent. 

L’une des particularités de la pratique de l’hypnothérapie, et aussi l’une des différences avec l’hypnose pratiquée par les hypnotiseurs, c’est que 100% de la population est réceptive. Effectivement, avec l’hypnose thérapeutique, il est impossible de ne pas être réceptif. La réceptivité peut être plus ou moins longue, mais le patient finira toujours par atteindre l’état d’hypnose car l’intention ici est différente. Le praticien va non pas être directif, mais plutôt suggestif. Il parle au subconscient (qui représente plus de 80 % de l’activité cérébrale) pour corriger les comportements conscients. Il va agir vers un objectif partagé avec le client que le praticien aide à définir, puis à traiter selon un protocole spécifique à la problématique. C’est à Milton Erickson, qui est à l’origine de l’hypnose ericksonienne durant les années 60-70, que l’on doit cette forme d’hypnose.

Lorsque l’on débute une séance d’hypnothérapie, le client à déjà un sujet précis en tête. Si ce n’est pas le cas, c’est alors le professionnel qui va aider son client à préciser le sujet, l’objectif et trouver le point de blocage. Une séance a pour objectif d’améliorer l’existence du client.

La première séance correspond à l’anamnèse. c’est à dire à des échanges approfondis entre le patient et l’hypnothérapeute, le cas échéant formé à l’hypnose conversationnelle et/ou à l’analyse systémique. Elle permet d’avoir des échanges à la fois verbaux et non verbaux. Il a été démontrée que le langage du corps permet de faire passer plus de 90% du message. Les mots employés et les énoncés ne transmettraient, eux, que 10% du message.

La plupart des professionnels de l’hypnose pratiquant dans un but thérapeutique, sont formés à la PNL (Programmation Neuro Linguistique) . Ils sont donc formés pour décrypter les messages et informations qui passent par les mouvements et micro mouvements, souvent inconscients, du corps.

L’une des principales missions du métier d’hypnothérapeute, est de faciliter le rapport entre le conscient et l’inconscient de ses patients. Le patient peut de cette manière trouver en lui-même toutes les réponses aux questions qui l’empêchaient d’avancer ou lui provoquaient des troubles.

Vous l’aurez compris, la différence entre l’hypnotiseur et l’hypnothérapeute, c’est que le premier a une vocation plus ludique, récréative, en créant un effet de surprise, sans absolument aucun but thérapeutique, tandis que le second n’agit qu’à des fins thérapeutiques. Les deux ne s’adressent alors pas au même public, et n’ont pas du tout les mêmes finalités. Mais certains thérapeutes de l’hypnose thérapeutique continuent à se faire appeler hypnotiseurs. Comme on l’a vu, l’hypnose est une discipline très variée avec différents courants et protocoles et dont l’efficacité est reconnue, notamment dans le monde médical.

Pascal Marcilly

Hypnose & Thérapies Brèves Dijon

www.hypnosedijon.com

Retour en haut

Appelez-moi

Pascal Marcilly – Hypnothérapeute Dijon