A partir du 15 avril 2024, le cabinet Psynose est transféré au 14 avenue Albert Camus à Dijon (Quartier Toison d’or)

Qu'est ce que la médecine douce ou traditionnelle ?

Médecine traditionnelle et médecine douce

Médecine traditionnelle et médecine douce : une nécessaire complémentarité

On peut définir la médecine douce ou alternative comme l’ensemble des pratiques de santé qui ne font pas partie de la médecine traditionnelle ou conventionnelle (ou encore allopathique) exercée par les praticiens diplômés par les Facultés de Médecine.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la médecine douce, dite aussi alternative, comme complémentaire avec la médecine traditionnelle. On peut aujourd’hui dénombrer 400 pratiques dans ce domaine.

Ces pratiques sont diverses (ostéopathie, hypnothérapie, acupuncture, naturopathie, etc.) se distinguant tant par les techniques employées que par leurs fondements théoriques. Leur point commun est qu’elles ne sont pas reconnues par la médecine conventionnelle, ni enseignées au cours de la formation initiale des professionnels de santé. Elles sont enseignées au sein d’écoles et d’instituts privés.

Mais, elles ne présentent, en principe, aucun risque pour la santé, alors qu’un médicament ou une chirurgie peuvent avoir des conséquences mortelles.

A quoi servent ces disciplines ? Elles apportent une véritable complémentarité à la médecine conventionnelle.

« Lorsque la médecine officielle, celle appris sur les bancs de la Faculté, ne suffit pas ou s’avère inopérante, ayons la modestie et l’humilité de le reconnaitre et de faire preuve d’ouverture en adressant nos malades à des praticiens qui travaillent différemment de nous et qui ont des résultats efficaces » explique le Dr Boukris dans son livre « Enfin guérir lorsque la médecine classique ne suffit pas ».

La médecine conventionnelle est idéale pour les urgences, la chirurgie, les accidents, le infections, la psychiatrie. Les médecines douces sont adaptées en prévention dans l’accompagnement des maladies chroniques et peuvent apporter des solutions pérennes car elles s’intéressent, en plus des symptômes, à leurs causes, ce qui est toutefois également le cas de la psychanalyse, mais surtout dans une durée beaucoup plus courte et avec un coût beaucoup moins élevé. L’hypnose thérapeutique, par exemple, ne nécessite tout au plus que 8 à 10 séances. C’est une thérapie dite « brève ».

La médecine conventionnelle et la médecine douce ne s’opposent pas, mais sont complémentaires et œuvrent toutes deux au bien-être des patients. Elles permettent ensemble de disposer de soins complets qui allient les deux pratiques.

La frontière est claire entre les deux. Par exemple, l’hypnothérapeute ne prescrit aucun traitement, ne fait pas de diagnostic et ne peut conseiller l’interruption d’un traitement médicamenteux.

Et, en matière de remboursement ? Les coûts de la médecine conventionnelle sont pris en charge par la Sécurité Sociale, non ceux de la médecine douce. Néanmoins, devant l’engouement pour ces pratiques, les complémentaires santé (mutuelles) proposent de plus en plus un remboursement forfaitaire ou de prise en charge à l’acte.

Pascal Marcilly

Hypnose & Thérapies Brèves Dijon

www.hypnosedijon.com

Retour en haut

Appelez-moi

Pascal Marcilly – Hypnothérapeute Dijon